Bororo

Présentation 

PASTEUR NOMADE DU TCHAD
Ils sont classés en 2 groupes parmi les 12 groupes linguistiques du Tchad :

  • LE GROUPE PEUL, BORORO des PEULS transhumants
  • LE GROUPE ARABE, DJOHEÏNA et HASSAOUNA, tribus de pasteur transhumants.

LES BOROROS

Du nom de leurs zébus à longues cornes, ce sont des pasteurs PEULS (appelés également FOULBÉ) en perpétuel déplacement, couvrant les zones subsahariennes et sahéliennes du Sénégal au Soudan.
Plus proprement appelés WADABÉ, ils sont originaires du Moyen-Orient et l'Égypte depuis plusieurs millénaires. Au Tchad, de grands rassemblements s'opère annuellement le long du Logone, à Moundou, Sarh et jusqu'en RCA.
C'est un peuple vivant hors de toute influence étrangère, aux croyances encor animistes malgré le rayonnement croissant de l'Islam dans ces régions.
Il a conservé ces coutumes dont l'origine matrilinéaire semble-t-il est encore présente. Les hommes en pantalon court et chapeau de paille ont les cheveux tressés, le visage maquillé, les yeux fardés. Le travail de la femme dans la vie quotidienne est considérable. Elle assume sa responsabilité dans toutes les tâches, y compris même celles réservées traditionnellement aux hommes.
Leurs zébus aux immenses cornes en forme de lyre sont leur seul bien.
La tendance historique actuelle se prononce malgré tout vers la sédentarisation autour des fleuves et pâturages plus riches du sud sahéliens.
L'occupation de territoires par les éleveurs n'est pas sans perpétuer les éternels conflits avec les agriculteurs.
L'économie pastorale BORORO, libre et informelle, échappe pour sa plus grande part à l'administration et à l'impôt.

LES ARABES

Ils sont organisés en tribu à partir de deux origines bien distinctes :

  • LES DJOHEÏNA, venus d'Arabie par l'Egypte au XIVème siècle occupe encore l'Est (la Soudan et le Ouaddai), mais aussi le Kanem et le centre du Tchad.
  • LAS HASSAOUNA, venus plus tard au XIXème, descendent du Fezzan libyen chassés par les Turcs et rejoignent le Kanem et le Lac.

Les tribus arabes nomades, organisés en fériks, colportent toujours les valeurs de l'Islam dont ils sont imprégnés culturellement avec le sens du clan et de la famille. Le chef de férik est colporteur d'impôt pour l'administration et jour le rôle d'arbitre dans les conflits internes.
Chez les arabes, la bigamie est largement pratiquée. C'est toujours la femme qui quitte sa famille pour rejoindre celle de son mari. Les femmes sont excisées, sauf chez les Hassaouna.

Les PEULS et les ARABES des tribus nomades, de par leur origine, ont la peau claire et les traits fins. Les femmes sont élégantes, leur visage racé et fardé de décorations indigo qui soulignent leur beauté. Les cheveux sont savamment tressés. Leur teint café au lait est rehaussé par les reflets d'argent et or des nombreux bijoux dont elles se parent.
Ces populations nomades du Tchad vivent en marge de toutes les autres organisations sociales alors qu'elles les côtoient et les traversent.
Elles ont leur propre univers rythmé uniquement par la vie du troupeau, en quête permanent de pâturage et d'eau.

 

Galerie des Œuvres

Site Internet réalisé par
Administration